Parler de l’histoire d’Arica, c’est remonter le temps de 9000 à 10000 ans en arrière, quand des tribus sont arrivées du nord du continent pour s’installer dans la vallée fertile d’Azapa. Une de ses tribus était celle que l’on connaît sous le nom de la civilisation Chinchorro. Son activité principale était la pêche et sa première ressource les fruits de mer. Leurs infrastructures matérielles étaient simples pourtant ils ont crée une méthode de momification très complexe qui leur a permis de conserver les momies jusqu’à aujourd’hui. Les momies Chinchorro sont plus anciennes que celles d’Egypte! La culture Chinchorro a disparu depuis l’an 1000 avant JC mais ses descendants existent toujours dans la vallée d’Azapa… Les descendants des Chinchorro ont commencé à utiliser des techniques agricoles développées dans les zones des hautes vallées et à maintenir de bonnes relations commerciales avec les communautés andines.


Durant le IVème siècle, la région d’Arica était sous la domination de la civilisation Tiwanaku, dont le berceau originel était le lac Titicaca. L’interaction avec cette civilisation a provoqué de grand progrès dans l’élevage de lamas, le perfectionnement des connaissances métallurgiques du cuivre et dans la hiérarchisation de la société. L’influence Tiwanaku a été importante jusqu’au IXème. Après cette période, les seigneurs régionaux ont formé des sortes de territoires féodaux, dédiés principalement à la culture de produits agricoles. Arica et la vallée d’Azapa ont été occupées par l’empire Incas jusqu’à l’année 1473, mais la population locale a toujours été influencé par les habitants de Cuzco. Et en 1536, l’empire Incas a été conquis par les troupes de Fransisco Pizarro avant de céder ce riche territoire de la vallée d’Azapa et ses alentours à quelques-uns de ses lieutenants.


Quatre années plus tard un gisement d’argent a été découvert à Potosi (actuellement territoire bolivien) qui a fait d’Arica un centre de distribution de produits agricoles; élément déterminant de la prospérité de la région à l’époque.

Cette prospérité dura jusqu’à la création du royaume de Plata quand les embarcations d’argent de Potosi ont commencé à être transférer par la côte Atlantique et non plus par Arica.Ce fait marqua une grande différence de développement économique jusqu’ à l’Indépendance du Pérou en 1820. A cette date, Arica fait partie de cette nouvelle nation, avec qui elle va connaître certains progrès comme le chemin de fer et une amélioration de la propreté de la ville.

L’exploitation du guano (engrais d’origine animale), sur la côte de Tarapaca, a amélioré l’économie de la zone. Cette région a été par l’ suite l’épicentre d’une guerre cruelle entre le deux nations-sœurs, le Chili et le Pérou. A l’issu de la guerre du Pacifique, les villes d’Arica et de Tacna étaient sous l’administration chilienne mais référendum a été penser pour définir si ces villes seront chiliennes ou péruviennes. Mais le referendum n’a jamais eu lieu et les deux gouvernements ont opté pour le Traité de Lima (1929) qui a partagé l’appartenance d’Arica au Chili et de Tacna au Pérou. Depuis ce traité de paix, Arica définit la frontière nord du Chili et le gouvernement a intégré la ville au développement national.

Retour à l'index